Actualités

10 à 20% des véhicules assemblés en Algérie seront en GPL/c

Auteur : AZIEZ Brahim   
Publié le : 07 Février 2019

La relance du GPL/c est à nouveau remise sur la table, et c’est le ministre de l’énergie, Mustapga Guitouni, qui a, cette fois-ci, appelé les entreprises d’assemblage et de fabrication de véhicules en Algérie à s’impliquer d’avantage. Le ministre dira à l’adresse de ces firmes, depuis Médéa où il procédait l’inauguration de la station service Naftal de Beni-Slimane (à 70 km à l’est de Médéa), qu’elles seront appelées, à l’avenir, à fournir entre 10 et 20% de véhicules roulant au Sirghaz de façon à inverser la tendance actuelle en augmentant la part d’utilisation de ce type de carburant.

Il annoncera, à ce sujet un (nouveau) cahier des charges « en cours d’élaboration », en collaboration avec le ministère de l’Industrie, qui définira la part de véhicules dotés de kit Sirghaz qui va sortir, plus tard, des ateliers de montages en SKD installés dans le pays.

L’objectif de cette nouvelle démarche est d’arriver au seuil d’un million de véhicules roulant en Sirghaz, à l’horizon 2021, a souligné le ministre, tout en insistant sur « l’impératif de changer de mode de consommation et d’inverser la tendance actuelle qui privilégie l’utilisation d’autres carburants, notamment l’essence et le Gas-oil, au dépend du Sirghaz, plus économique et moins polluant ».

Le ministre n’abordait, cependant, pas les raisons qui ont fait que toutes les tentatives pour relancer le GPL/c aient été vouées à l’échec, dont les tarifs du carburant qui poussent et encouragent à l’utilisation du mazout (gasoil).