Actualités

Conduite économique, ou comment réduire sa consommation de carburant (Part I)

Auteur : AZIEZ Brahim   
Publié le : 08 Août 2018

Réduction des émissions de CO2, baisse du niveau de la consommation de carburant, efficience et propreté des motorisations, autant de slogans qui entendent s’inscrire dans la le souci de préserver l’environnement de la pollution automobile (entre autres) et de la protection de la planète terre. Des slogans qui sonnent creux chez nous, tant la stratégie nationale de consommation de carburant et de protection de l’environnement est contredite par la réalité du terrain.

Mais voilà, les diverses hausses des prix des carburants enregistrées en Algérie depuis janvier 2016 (03 hausses en tout) auront fini par donner à réfléchir aux automobilistes quant à l’usage de leurs véhicules. En effet, l’algérien roule moins depuis quelques temps, et la consommation nationale de carburant le confirme à travers les chiffres de Naftal. Mais surtout, il pense à réduire sa propre consommation de carburant, donc à sa dépense (sa poche).

L’exercice est-il réalisable ? Oui. Et nous avons déjà eu l’opportunité de le démontrer il y a quelques années, quoique le quotidien peut, à lui seul, nous en faire prendre conscience au volant déjà.

De plus, les constructeurs automobiles qui recherchent continuellement à réduire le taux d’émissions de CO2, donc de consommation de carburant de leurs véhicules, ne cessent de faire preuve d’ingéniosité en proposant de plus en plus de technologies à même de leur permettre d’atteindre les seuils imposés par les législations internationales.

Injection directe et calage variable des soupapes, Stop&Start, indicateur de passage des rapports (Gear Shift), modes de conduite préférentiels (molettes pour passer du mode Standard au mode Eco ou sport) et autres downsizing sont au menu.

Pas toujours très efficaces, mais suffisamment pour satisfaire aux besoins des homologations internationales (dans des conditions souvent décriées, et aujourd’hui remises en cause). Cela dit, le conducteur reste le seul élément à même de contenir sa consommation de carburant, son comportement au quotidien est l’option la plus efficace pour y parvenir.