Actualités

Volvo Trucks

Des camions à vivre (2e partie)

Auteur : Metahri Mourad   
Publié le : 17 Septembre 2013

De notre envoyé à Göteborg, Mourad Metahri

Nos travaux pratiques ont commencé sur le siège passager d’un camion. Sur la route, notre chauffeur, nous explique les différents systèmes et insiste sur la gestion de la consommation, chapitre ô combien sensible pour les gestionnaires d’entreprises de transport.
Pour les novices que nous sommes, un circuit a été aménagé à l’intérieur du site de Volvo. « Non, monsieur, je n’ai pas de permis poids lourds ». Cette phrase n’a pas dérangé nos moniteurs. « Allons-y ! » Des camions différemment carrossés étaient à notre disposition. Bien sûr, la benne-tasseuse a eu beaucoup de succès.

Les organisateurs ont même pensé à reproduire un environnement urbain avec un décor de containers pour montrer combien ce camion est facile à manœuvrer dans les rues d’un centre ville. Magie des systèmes d’aide à la conduite, quelques minutes au volant suffisent pour vous mettre en confiance. Ce camion se conduit comme une berline. C’est même ludique.

Notre session d’apprentissage s’est poursuivie le lendemain, sur un terrain plus difficile, une carrière d’agrégats,  en exploitation. A nous les monstrueux FMX ! Les ingénieurs de Volvo ont voulu mettre « les conditions de travail quotidiennes d'un conducteur de véhicule de chantier ont été au cœur de la phase de développement du nouveau FMX ». « L'intérieur de la cabine a été entièrement repensé et diverses innovations rendent la tâche du conducteur plus facile et plus efficace », peut-on lire sur un communiqué.

Claes Nilsson, le président du groupe y affirme : « Notre système Volvo Dynamic Steering révolutionnaire est un atout remarquable, surtout pour un conducteur de véhicule de chantier. Grâce à lui, on constate moins de tensions musculaires : il épargne aux conducteurs bien des douleurs à la nuque, aux bras et au dos. Même à faible vitesse, un véhicule chargé est si facile à manœuvrer qu'il peut se conduire avec un seul doigt ».

Dans cette carrière, nous sommes vraiment dans des condition extrêmes. Plus de bitume mais plutôt routes boueuses, défoncées, cotes himalayesques (enfin, presque), passages de gué… Danger ! Même dans un petit 4x4, j’aurais eu quelques appréhensions. Alors là dans un FMX, gigantesque camion de chantier… La monitrice, une dame d’un âge respectable, ne me laisse pas trop réfléchir. « Go», dit-elle et c’est parti !

Là également, conduire ces camions semble facile. Avec le « dynamic steering » le camion se conduit réellement avec un seul doigt. Les moniteurs n’interviennent que pour bloquer les différentiels dans les situations critiques. Je me permets même d’aller charger du gravier (34 tonnes au total) et d’aller le déverser plus loin. Un rêve d’enfant qui se réalise ?
Ce training chez Volvo permet de comprendre qu’avec tous les systèmes modernes introduits sur les camions, le chauffeur peut se concentrer sur le choix du mode de conduite pour économiser son carburant ou pour s’acquitter de ses tâches administratives pour ceux qui font de la distribution en ville.

Lire ... Des camions à vivre (1e partie)