Actualités

18e Salon international de l'automobile d'Alger

Entretien avec Patrice Franke responsable Audi Algérie : Les technologies du futur arrivent chez Audi

Auteur : Sofiane Barkat   
Publié le : 28 Mars 2015
Compétition : La nouveauté, sur le stand d'Audi, est la nouvelle TT, comment les visiteurs ont accueillie cette sportive ?

Patrice Franke : En réalité en a trois nouveautés et il n' y a que la TT qui est là physiquement . Les deux autres nouveautés, d'un point de vu business, sont beaucoup plus importantes ; Ce sont la A6 et la S3 berline. La A6 est importante car elle préfigure le futur au niveau de l’ingénierie automobile. Elle a trois innovation : un moteur TFSI, elle passe du diesel à l'essence et gagne en puissance avec 190 chevaux. Deuxièmement, ce moteur est accouplé à une boite de vitesse à double embrayage. Elle arrive en Algérie en version Ultra qui permet d'atteindre les taux de CO2 les plus bas en Europe. Aussi elle se caractérise par l'utilisation d'aciers spéciaux qui permettent un gain substantiel en poids. 
 
Pour la S3 berline c'est la première fois que l'on propose un véhicule tricorps dans ce segment des berlines compactes. Et comme nos clients sont demandeurs de voitures puissantes et très bien équipés, la S3 berline a de très bonne chance de réussir. Les commandes sur ce véhicule étant déjà assez importantes. Ces deux véhicules sont les vrais nouveautés en ce qui concerne le volume. La TT est pour nous la vitrine dotée des technologies futures, pas seulement au niveau des moteurs mais aussi de la connectique et la communication avec le conducteur via le « virtual cockpit ». Elle préfigure les futures générations de voitures. A la différence de l'A6 et de la S3 berline, la TT sera ramenée que via des commandes spécifiques. 

Compétition : Vous avez déclaré que le client algérien est demandeur de véhicules bien équipé et bien motorisé. Pourquoi Audi Algérie n'importe pas des véhicule moins équipés avec des motorisations plus petites pour chercher une clientèle demandeuse de ce genre de voitures ?

Patrice Franke : Il y a deux raisons à cela, premièrement, au niveau des motorisations, nous ne pouvons importer que des bloc Euro3 et Euro4. Les moteurs plus petits dont vous parlez sont des blocs Euro5 et Euro6. Ceci nous restreint dans l'offre mécanique que l'on peut proposer. La deuxième raison et que l'on déjà essayé d'importer des versions de base moins équipées et l'on s'est rendu compte que le client algérien n'est pas très demandeur de ce genre de finition.

Compétition : M.Franke, trouvez vous que les clients d'Audi Algérie sont satisfaits du service après-vente ?

Patrice Franke : Cela dépend de où et comment. Au grand Vents, au niveau du terminal Audi, d'après nos interrogations, les clients sont très contents, bien que pour nous il y à des choses dont nous ne sommes pas content. Ce sont par exemple les délais d'attente entre la prise de rendez-vous et la venu du client pour une intervention. Cela va être résolu au moment ou nous allons inaugurer, au deuxième semestre de cette année, un terminal 2 au niveau de l'atelier avec sept ponts supplémentaires. Par contre le système de rendez-vous fonctionne très bien. Au début on a eu du mal à convaincre le client qu'il est beaucoup mieux pour lui de prendre rendez-vous que de venir à l'improviste. Des qu'il arrive, avec cette formule, le client est pris en charge immédiatement et il n'est plus obligé d'attendre son tour pendant des heures. Par contre si l'on regarde la capillarité au niveau du territoire algérien, on ne sait pas si le client est mécontents car on l'a un peu oublié mais nous on n'est pas content parce que nous n'avons pas la bonne capillarité. Nous n'avons pas la qualité de service dont les clients sont en droit d'attendre sur ce segment du premium. L'idée est donc de créer un centre d'excellence au niveau du terminal de Cheraga et ramener les élément du réseau pour les former sur place chez nous et ainsi assurer un meilleur SAV dans les régions. 
 
Au niveau de Sovac nous somme arrivé à la conclusion que nous sommes obliger d'investir nous même, ce qui est en train de ce faire à l'image de la représentation d'Oran dont Sovac a racheté le fond de commerce et s'occupe en ce moment à la reconstruction une nouvelle équipe.

Compétition : Justement au niveau du SAV, Audi Algérie n'a-t-elle pas eu de problèmes particulier, par exemple sur les moteurs TFS ?

Patrice Franke : Globalement nous n'avons eu aucun problème sauf dans un ou deux cas ou certain clients ont mis dans leur reservoir de l'essence qui n'est pas adéquate au lieu du sans plomb sur des blocs TFSI Euro5. Par contre sur les moteurs en Euro 4 nous n'avons rencontrer aucun problème de ce type.

Compétition : Hormis la A6 et la S3 limousine que nous réserve Audi pour 2015 ?

Patrice Franke : Au niveau produit, Audi nous réserve la présentation du nouveau Q7 qui va se faire le deuxième semestre. Cette voiture sera proposée avec un moteur de 2.0 litres TFSI développant une puissance de 252 chevaux. Ce qui nous permettra de le vendre en licence, car l'ancien n’était disponible qu'en version 3 litres, donc non éligible à cette formule. La voiture en elle même est intéressante car elle inaugure toutes les nouvelles technologies que développe Audi, aussi elle a perdu 300 Kg en poids donc plus de rendement et de performances. Elle sera idéale pour le marché algérien. Le nouveau Q7 sera livrable le premier trimestre de l'année prochaine.

Compétition : Quelle proportion représente l'essence par rapport au diesel chez Audi en Algérie ?

Patrice Franke : Le diesel est encore majoritaire. Il faut savoir qu'Audi est le père du TDI et l'inventeur du TFSI. En Europe, il faut savoir qu'Audi passe du diesel à l'essence pour des considérations d'écologie et de taxes. Cgez nous, la A6 et Q7 passent en 100% TFSI. A3 c'est du 65-35% pour le diesel, la A1 c 'est du 100% essence. En fait, cela évolue en fonction de l'évolution des gammes.