Actualités

Industrie automobile (Part II) : Le programme « industriel » par les chiffres

Auteur : AZIEZ Brahim   
Publié le : 06 Juin 2019

Le document traité par TSA évoque les détails des projets industriels validés le CNI (conseil national de l’investissement) ou pas. Sur la partie automobile, et sur les cinq usines de montage définies comme étant validées et entrées en production il y a Sovac Production (Volkswagen, Seat, Skoda et Audi) et Gloviz (Kia) qui ambitionnent d’assembler 100 000 véhicules/an, et pour chacun, à l’horizon 2023, tandis que Renault Algérie Production (Renault et Dacia) devrait atteindre les 75 000 unités/an cette année, et Tahkout Motor Company (TMC, Hyundai) les 60 000 véhicules/an.

L’Eurl Sariak Automobile (Baic) prévoyait, quant à elle, d’atteindre 105 000 véhicules assemblés à l’horizon 2023.

Ces cinq usines de montage de tourisme devaient atteindre à elles seules, selon ce média électronique, les 440 000 véhicules de tourisme/an à l’horizon 2023.

A ces projets validés et entrés en production, s’ajoutent cinq projets définis comme ayant été retenus mais pas encore entrés en production. Ainsi, Peugeot-Citroën Production Algérie (Peugeot Citroën) ambitionne d’assembler 2000 véhicules en 2019 et 75 000 véhicules/an à terme. Le Groupe Hasnaoui (Nissan) prévoyait l’assemblage annuel à terme de 63 000 unités, Atlantis Motor Company (Ford) 40 000 unités, l’Algérienne de Montage Automobile (Toyota) 3000 unités et Oryx Motors (marque algérienne du groupe Mehri) 3000 unités.

Il y a aussi ces sept usines de montage de véhicules industriels (camions et tracteurs routiers), supposées assembler annuellement près de 140 000 véhicules à l’horizon 2023. Il s’agit de Global Motors Industry (Hyundai) avec 15 500 véhicules/an à l’horizon 2023, Peng Pu Algérie (Daewoo-XCMG) avec 2221 unités/an, Soprovi (Renault Trucks-Volvo) avec 2000 unités/an dès 2020, Maghreb Truck Company (MAN Germany) avec 600 unités/an, IVAL (Iveco-Italy) avec 7500 unités/an, Savem (Astra-Italie) avec 800 unités/an, et GM Trade (Shacman) avec 108 000 unités qui seront assemblées annuellement à l’horizon 2023.

L’industrie automobile prônée par le ministre Bouchouareb ne s’arrête par là puisque dans la catégorie des remorques et semi-remorques, l’Algérie ambitionne d’assembler 12 800 unités/an à l’horizon 2023, dont 9000 produits par la SNVI avec un taux d’intégration actuel de 87%. Les 3800 autres unités/an qui seraient assemblées sont réparties sur trois usines définies comme étant entrées en production : Maghreb Trailer Industry (Comet) avec 2100 unités/an à l’horizon 2023, Tirsam (marque algérienne) avec 700 unités/an et Toufik Trailer Industry avec 1000 unités/an.

À ces trois usines s’ajoute le projet d’usine de Nova Trailer avec une capacité d’assemblage de 210 unités/an. Le document note que les producteurs de ce type de véhicules « n’émargent pas au dispositif SKD-CKD et ne bénéficient, donc, pas des avantages pour l’importation des intrants », tandis que les importations de remorques et semi-remorques (produit fini) par les concessionnaires n’est soumise à aucune restriction, précise-t-on.

Dans la catégorie des autobus et autocar, deux projets d’usine sont actuellement définis comme étant entrés en production. Il s’agit de Global Motor Industries (Hyundai) et GM Trade (Higer) qui prévoyaient d’assembler, respectivement, 4100 unités/an et 8000 unités/an à l’horizon 2023, soit un total de 12 100 véhicules assemblés annuellement auxquels s’ajoutent 1000 unités produites par la SNVI annuellement.

Un projet d’usine ATEFI-Saida (Scania) a, en outre, été retenu mais n’est pas encore entré en production, avec une capacité d’assemblage annuelle prévue de 250 unités.

Par ailleurs, trois usines d’assemblage de motos et scooters sont définies comme étant validées et entrées en production, à savoir AS Motors (Riya/Chine) avec une capacité d’assemblage prévue à 45 000 unités à l’horizon 2023, HAM Motors (Sym/Chine) avec une capacité d’assemblage prévue à 46 280 unités à l’horizon 2023 et Cycma (marque algérienne) avec 8000 unités assemblées annuellement. On ne sait pas si c’est le document qui omet d’évoquer VMS Industrie qui assemble des motos et des scooters à Béjaïa depuis plusieurs années déjà, ou si c’est l’auteur de l’analyse qui aurait sauté cet opérateur qui n’est pas des moindres. Mais on croit savoir qu’à ces usines d’assemblage de motos et de scooters entrées en production, s’ajoutent pas moins dix projets d’usine d’assemblage validés mais définis comme n’étant pas encore entrés en production. Il s’agit de Brahimi import Riad (Gevati, Chine) avec une capacité annuelle de production prévue à 18 000 unités assemblées, Coggiola Motos (Coggiola, Italie) avec 18 000 unités, Easy Motors Algérie (Riya Motorcycle, Chine) avec 10 000 unités, Facom Industrie (TSPE & Vermeiren, Chine et Belgique) avec 38 000 unités prévues, Fahd Motors (Dayun, Chine) avec 5000 unités, Meklati Multi Distribution (Peugeot, France) avec 20 000 unités, OK Cycles (KYMCO, Chine) avec 3000 unités, Oued Righ Import Export Cycle Motocycle (Sanya, Chine) avec 1000 unités, Prox 4 (Keeway, Chine) avec 3540 unités et, enfin, Sable d’Or Algérie (Lifan, Chine) avec une capacité de production annuelle prévue à 6000 unités.

Au total, c’est donc une capacité de production de motos de scooters de plus de 122 000 unités qui s’ajouteront aux plus de 100 000 unités qui devraient être produites en Algérie à l’horizon 2023. Le document, consulté par ledit média électronique rappelle, par ailleurs, que l’importation de motocycles (produits finis) par les concessionnaires n’est soumise à aucune restriction d’importation, et propose à cet effet « d’encadrer l’importation de motocycles par des mesures restrictives et de libérer l’activité de fabrication afin d’encourager la production locale ».