Actualités

La conduite de motocycles sans casque ne sera plus tolérée

Auteur : AZIEZ Brahim   
Publié le : 07 Février 2019

Cette fois-ci les autorités semblent déterminées à lutter contre la conduite sans casque sur les 02 roues. C’est du moins ce que laisserait croie la sortie du ministre de l'Intérieur, des collectivités locales et de l'aménagement du Territoire, Noureddine Bedoui lors de sa visite au salon de la sécurité routière RS Expo 2019. Celui-ci avait, alors, affirmé que la « loi sera fermement appliquée à l'égard des motocyclistes ne respectant pas l'obligation du port du casque et ce dans l'objectif d'assurer leur sécurité ».

N. Bedoui a fait savoir, lors d'une conférence de presse qui s’en est suivie, que ses services procèderont à « l'application rigoureuse des lois concernant le non port de casques par les motocyclistes », et ce au vu de l'augmentation alarmante du nombre d'accidents ayant été recensés  par le Centre national de prévention et de sécurité routière (CNPSR) dans cette catégorie.

Selon les statistiques du CNPSR, les motocyclistes ont été à l'origine de 3429 accidents en 2018, soit un taux de 14,9% du nombre global d'accidents (+11% par rapport à 2017). Les motocycles ont représenté 0,57% du nombre global des véhicules du parc national en 2016, soit près de 50.842 véhicules. Des chiffres bien en deçà de la réalité sachant que les statistiques concernant le parc roulant ne tiennent pas compte des motocycles aux cylindrées inférieures à 125 cc, alors qu’en matière d’accidentologie les chutes et les accidents non déclarés pour cause de fuite ou absence de documents pourraient porter le nombre des sinistres au double de ce qui est annoncé.

Mais le ministre de l’intérieur a, néanmoins, souligné l'importance des opérations de sensibilisation effectuées par la société civile dans le cadre de l'action de proximité afin de préserver la vie des usagers de la route, appelant à la nécessité de coordonner le travail entre les différents acteurs notamment les pouvoirs publics et les investisseurs dans le domaine de maintenance et de montage de véhicules.

Il s'est félicité, en outre, de la baisse du taux de décès et d'accidents de la route au niveau national. Il a, aussi, salué le rôle des centres de recherches universitaires qui ont consacré une place à la sécurité routière dans leurs axes d’études, appelant les constructeurs du secteur automobile à consacrer une partie de leurs bénéfices aux opérations de sensibilisation.