Actualités

La pénurie s’installe, la spéculation (re)pointe le bout du nez

Auteur : AZIEZ Brahim   
Publié le : 21 Août 2019

La mise en place de quotas d’importation de kits SKD/CKD avec un seuil de 2 milliards de dollars pour l’année 2019, ainsi que la restriction des modèles à assembler n’a pas manqué de laisser entrevoir une pénurie de véhicules neufs qui devait intervenir, selon les spécialistes, vers la fin de l’été. Mais voilà, le blocage des importations de Kits SKD/CKD depuis le mois de mai au niveau des zones sous-douane a précipité cette crise, et l’on se retrouve aujourd’hui avec plus de 80 % des modèles non disponibles. La toute récente décision de débloquer les collections destinées à l’assemblage des véhicules en instruisant les douanes de procéder au dédouanement de ces marchandises devrait temporairement apaiser les tensions, car les quotas impartis aux différentes sociétés d’assemblage de véhicules n’ont pas changé. Et les plus avertis s’attendent à une nouvelle flambée des prix, quand il ne s’agira pas d’écouler les véhicules assemblés « sous la table », pour ne pas dire recourir aux revendeurs comme certains ont déjà commencé à faire.

Si les remises consenties il y a 4 mois encore ne sont plus d’actualité, le maintien des prix affichés au catalogue sera difficilement supporté par les distributeurs en raison des nombreux frais engendrés par le blocage des conteneurs de kits SKD/CKD au niveau des zones sous douane et les surestaries qui auront touché des nombreux arrivages.

Du coup, l’on s’interroge sur les dispositions prises par les pouvoirs publics pour ne pas faire payer aux consommateurs les décisions prises par le gouvernement Bédoui.