Actualités

Le gouvernement donne son feu vert pour le projet PSA Peugeot-Citroën en Algérie

Auteur : AZIEZ Brahim   
Publié le : 12 Novembre 2017

Le gouvernement algérien vient de donner son feu vert pour l’implantation d’une usine du groupe PSA pour la production de véhicules Peugeot et Citroën en Algérie. C’est à l’issue de la réunion du comité mixte économique franco-algérien (COMEFA), tenu aujourd’hui à Alger en présence du  Ministre algérien de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, et son homologue français de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, Bruno Le Maire, que le projet a été concrétisé.

Et c’est Jean-Christophe Quemard, le directeur de la région Moyen-Orient et Afrique du Groupe PSA, qui a signé, ce matin à Alger, l’accord visant la création d’une société industrielle basée à Oran, avec les partenaires algériens  de ce projet. Le communiqué transmis à notre rédaction précise qu’aux termes de cet accord, le Groupe PSA détiendra 49% du capital de cette nouvelle co-entreprise, représentant un investissement global de l’ordre de 100 millions d’euros. Le Groupe PSA accompagnera, ainsi, le développement de la filière automobile en Algérie avec un plan complet de montée en compétences et de formation des collaborateurs, et contribuera au développement du tissu fournisseur local. Son entrée en production devrait intervenir début 2019.

Cette usine produira des modèles permettant aux marques du Groupe PSA de répondre à la demande des clients algériens, en leur proposant des véhicules aux meilleurs standards de qualité, de sécurité et de respect de l’environnement.

A l’occasion de la signature de cet accord, Jean-Christophe Quemard a déclaré que « l’Algérie est un marché historique pour le Groupe PSA, et nous sommes particulièrement fiers de nous y implanter industriellement. Elle est au cœur de la région Moyen-Orient et Afrique qui est un levier majeur de l’internationalisation rentable du plan  Push to Pass. Cet accord nous permettra de disposer de capacités de production au cœur de la région pour réaliser notre ambition d’y vendre 700 000 véhicules en 2021». On ne sait pas encore si l’exportation future d’une partie de la production algérienne est envisagée ou pas, sachant que cela représente une des exigences de l’Algérie et un gage pour la rentabilité de l’entreprise, mais le communiqué qui fait état de « la production de véhicules destinés au marché algérien » laisse supposer que ce point ne serait pas d’actualité. Trop tôt pour se prononcer, il faudra peut être attendre de disposer de plus de détails sur les termes de l’accord signé ce matin à Alger.

Pour rappel, le groupe PSA prévoit d’assembler dans la région d’Oran (Oued Tlelat) quelque 25 000 véhicules par an à son lancement, entre Peugeot 208 et 301, Citroën C-Elysée et un modèle utilitaire (Pick Up). Un volume appelé à passer à 75 000 unités en 2020 pour atteindre 100 000 véhicules/an à moyen terme (dans le cas où le projet entrerait en activité en 2018) et 1000 emplois directs à la clé. De même, le constructeur français entend ramener dans ses bagages sa filiale Fauricia pour la fabrication des sièges et l’échappement, d’autres sous-traitants pourraient débarquer à Alger, à l’image du géant allemand Leoni, spécialiste du câblage automobile et des japonais de Yazaki, également spécialiste dans le même domaine. L’équipementier automobile Trèves, spécialiste de l’intérieur du véhicule et de son environnement acoustique, aura, de son côté, à intervenir dans l’isolation des modèles ainsi que dans la fourniture des tapis de sol, de coffre ainsi que les panneaux de portes. Trèves est le partenaire des grands constructeurs automobiles tels que Renault, Nissan, Volkswagen, Seat, Skoda, BMW, Honda, Toyota, General Motors, Ford, Suzuki, Maruti, Tata, Jaguar, Land Rover ... .

Autre intervenant, Plastic Omnium qui aura à fournir le réservoir en premier lieu puis la fabrication des pare-chocs. En plus de cette riche liste de sous-traitants étrangers, au moins 20 fournisseurs locaux importants figuraient dans le plan de développement initial de l’usine PSA, notamment pour la fourniture des batteries, des fluides (lave-glace, refroidissement...).

L’usine PSA compte, entre autres actionnaires algériens le groupe Condor et un laboratoire pharmaceutique (51%), alors que le constructeur français PSA détiendra 49%.