Actualités

18e Salon international de l'automobile d'Alger

Suzuki Algérie : Trois nouvelles citadines

Auteur : Sofiane Barkat   
Publié le : 19 Mars 2015
Suzuki Algérie qui a perdu, depuis quelques années déjà, sa place de leader sur le segment A, compte fermement la reprendre. C'est Abderrahmane Achaibou, patron du groupe Elsecom, qui l'a affirmé, lors d'une conférence de presse qui s'est tenu sur le stand du constructeur nippon le 17 mars 2015. M.Achaibou a déclaré que Suzuki a bien évolué en Algérie depuis la « Grand Mère », allusion à la Marutti 800 qui a eu ses moments de succès chez nous. 
Les présents à la conférence de presse ont ensuite eu droit à une présentation détaillée des trois nouvelles arrivée au sein du segment A chez Suzuki. Il s'agit de l'Alto 800, l'Alto K10 et la nouvelle Celerio. 
L'alto 800 qui aura pour objectif de suppléer à la Marutti 800 est, avec ses nouvelles dimensions, dotée d'une motorisation essence de trois cylindres et comme son nom l'indique l'Alto 800 est animée par un bloc de 800 cc développant 48 chevaux. Ce véhicule est pourvu de deux airbags et de l'ABS, elle est affiché au tarif de 880.000,00 dinars TVN incluse.
Alto K10 est quant à elle animée par un bloc essence à trois cylindres de 1 litre et tirée par 68 chevaux. Doté de deux airbags et de l'ABS, cette petite Suzuki coûte 980.000,00 dinars TTC.
Pour ce qui est de la nouvelle Celerio, elle dispose d'un bloc essence de 1 litre pour 68 chevaux.
Équipée de l'ABS et de 2 airbags, la Celerio de deuxième génération est bien spacieuse à l’intérieur et offre un volume de coffre de 235 litres. Suzuki Algérie affiche cette petite citadine au tarif de 1.141.000,00 dinars TVN incluse pour la boite manuelle et au prix de 1.250.000,00 dinars TTC pour la version en boite automatique. Cette transmission automatique AMT est selon Suzuki révolutionnaire puisque nouvellement développée par le constructeur nippon, elle permet de conduire en automatique et en manuel grâce à un système doté d'un actionneur électro-hydraulique qui effectue automatiquement les opérations d'embrayage et de décalage. 
M.Achaibou, remonté contre la nouvelle réglementation qui va régir l'activité de vente de voiture, a déclaré qu'obliger des véhicules du segment A, a être dotés de 4 airbags, de l'ESP et du limiteur de vitesse est une aberration. Cela fera forcément augmenter les prix de ces véhicules et donc pénaliser les acheteurs algériens dont le budget est limité. Le patron du groupe Achaibou révélera qu'au Japon en terme de sécurité, il n'est exigé qu'un seul airbags sur ces véhicules ! Il préconisera d'appliquer la nouvelle réglementation en fonction de la catégorie de véhicule, ceci afin de ne pas pénaliser les acheteurs dont le budget est faible.