Essai

Fabia 1.4 TDI 70 ch Elegance

DANS l’AIR DU TEMPS

Auteur : AZIEZ Brahim
Publié le : 15 Novembre 2008
Moteur :
turbodiesel 3 cylindres, 16 soupapes
Cylindrée :
1422 cc
Alimentation :
injecteurs-pompe
Puissance :
70 ch à 4000 tr/mn
Couple :
155 Nm à 2200 tr/mn
Boite à vitesses :
Manuelle à 5 rapports + marche arrière
Longueur/largeur/hauteur :
3,992 m/1,642 m/1,498 m
Capacité du réservoir :
45 litres
Volume du coffre :
300 litres
Consommation (urbain/extra-urbain/mixte) :
6/4,2/4,8 l/100 km
Transmission :
Aux roues avant (traction)
Vitesse maxi :
163 km/h
Equipements de série :
DA, AC Climatic, ABGCP, ABS, radio CD MP3, LVEAv, VCPCAD, JA 15’
Prix :
1 469 000 DA
Révélée au public algérois lors du dernier salon automobile d’Alger (Mars-Avril 2008), la deuxième génération de Fabia qui est commercialisée en Europe depuis 2007espère exploiter le capitale notoriété et les qualités de sa devancière pour se repositionner sur le segment tant convoité des polyvalentes (Segment B), en y ajoutant la carte du design. Sur ce plan là, la nouvelle Fabia rompt complètement avec le style « standard » de la première du nom pour se mettre à l’air des temps modernes.
Outre son rapport qualité/prix à son lancement en 1999, et l’exploitation du savoir faire Volkswagen sur les groupe moto-propulseurs (Skoda a été rachetée par le groupe Volkswagen en 1998), la première génération de Fabia avait surpris avec ses dimensions peu communes, alors, frôlant les quatre mètres de longueur. L’effet surprise passé, la Fabia est aussitôt retombée dans le quasi-anonymat, malgré un restylage opéré en 2003.
La nouvelle Fabia affiche un côté plutôt sexy, et les amoureux des italiennes ne manqueront pas de l’assimiler aux Lancia. Ceci d’autant que notre modèle d’essai était d’une couleur sombre avec un toit peint en blanc, un peu à la Mini. Des petits attributs qui l’ont rendues très attractives, au point où on ne s’arrêtait pas à un stop ou aux feux tri-colors sans qu’on nous en demande son prix. Ses gros changements sont plus perceptibles sur les montants arrière qui se « redressent » et son toit qui s’aplati. En somme, une ligne plus harmonieuse, certes, mais aussi plus sportive, surtout avec notre modèle d’essai qui se trouve chaussé de jantes en aluminium de 15 pouces.
Côté gabarit, la Fabia conserve les gracieuses dimensions de sa devancière avec 3,992 m de long, contre 1,642 m de large et 1,498 m de haut.
Elle offre ainsi, un espace intérieur aux normes de la concurrence qui a vu tous ses nouveaux modèles s’agrandir, mais une garde au toit encore au dessus du lot. Côté coffre, c’est un volume de 300 litres que la petite Tchèque se propose d’offrir.
A l’intérieur, l’ambiance est on ne peut plus agréable : des sièges joliment travaillés qui offrent une assise très confortable, une planche de bord en plastique mousseux, volant et pommeau de levier de vitesse gainés cuir, au même titre que le frein à main, et des inserts chrome sur le levier de vitesse, les compteurs, les aérations et poignées de porte. Petits couacs, le bouton d’allumage des feux est maintenu sur la planche de bord à gauche du volant, alors que l’accoudoir central incommode le passage des rapports une fois abaissé.
La petite Skoda se montre aussi pratique avec beaucoup d’espaces de rangements comme cette double boîte à gants, le compartiment sous les sièges avant, les bacs de portière, le petit rangement sous l’accoudoir central avant et le porte lunettes situé en amont du plafonnier avant. Mais si la banquette arrière est fractionnable 1/3, 2/3, il faut au préalable abaisser les appuis tête arrière pour rabattre la banquette car ils ne sont pas encastrables.
Une fois tous les réglages terminés (siège, volant, rétroviseurs), nous mettons le contact et on part à la découverte des qualités dynamiques du véhicule. Pour la précision, nous avons opté pour une motorisation diesel, un bloc 1.4 TDI de 70 ch. Une motorisation du groupe VAG qui reste fidèle à ses standards, à savoir puissance au démarrage et nuisance sonore.
Eh oui, si au démarrage le bloc TDI ressemble au reste des moteurs diesel avec des vibrations assez prononcées au ralenti, on est vite rappelé à l’ordre lorsqu’on monte en régime, et c’est machinalement que l’on se retrouve avec les vitres fermées et la radio presque à fond.
Cela dit, cela nous permis de nous rendre compte de la qualité acoustique du lecteur CD MP3 et des quatre hauts parleurs.
Economique, ce petit trois cylindres reste, toute fois, un petit moteur aux performances assez modestes, sa vitesse de pointe dépasse à peine les 160 km/h. Tout à fait indiqué pour la ville, il l’est bien moins sur les grandes routes où il oblige à jouer du levier de vitesse pour avoir de la reprise, et plus particulièrement sur les côtes successives de Boudouaou et Béni Amrane où les montées ne nous étaient possibles qu’en 4e, malgré une route dégagée et le moteur lancé à plein régime, même si le couple maximal affiché est de 155 Nm à 2200 tr/mn. Il faut reconnaître que pour un véhicule de plus de 1100 kg et trois passagers à bord, 70 ch (à 4000 tr/mn) peuvent s’avérer insuffisants dans des cas similaires, quoique pour la ville cela reste largement suffisant. Côté suspension, on ne peut pas dire que celle-ci ait été réglée pour une conduite sportive. Par contre, elle favorise le confort des passagers.
Outre les options sus-citées et la climatisation semi-automatique (Climatic), la direction assistée, les rétroviseurs et les vitres électriques à l’avant, le verrouillage centralisé avec commande à distance, les airbags frontaux (conducteur et passager) et l’ABS, la version Elégance objet de notre essai dispose, aussi, d’un ordinateur de bord et d’une fiche auxiliaire qui permettrait la connexion d’un IPod ou d’un MP3. Cela dit, il faut débourser 1 469 000 DA pour en profiter.