Essai

Essai du Peugeot 3008 1.6 THP/156 ch Premium

Familial à ne point douter

Auteur : AZIEZ Brahim
Publié le : 15 Mars 2010
Fiche Technique Moteur :
Moteur :
Essence 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
Cylindrée  :
1598 cc
Alimentation  :
Injection directe et calage variable de l’admission
Puissance administrative :
8 cv
Puissance dynamique maxi :
156 ch à 6000 tr/mn
Couple maxi :
240 Nm à 1400 tr/mn
Transmission :
Aux roues Avant
Boîte de vitesses :
Manuelle à 6 rapports
Dimensions (Longueur/Largeur/Hauteur) :
4,365 m/1,837 m/1,639 m
Empattement :
2,613 m
Garde au sol  :
15 cm
Volume du coffre :
432 litres
Poids à vide :
1 459 kg
Vitesse maximum :
202 km/h
Capacité du réservoir  :
60 litres
Consommation (urbaine/extra-urbaine/mixte) :
9,9litres/100 km-5,6 l/100km-7,1 l/100 km
Principaux équipements  :
6 ABG, ABS+AFU+REF, DRC, ESP, FPE, ACA bi-zone, DAV, TP, RR, ATH, VCP/CAD, RCD/CAV, JA 17’, LVEAv/Ar, RER, FAB, DP, AAF Dimensions pneumatiques  225/50 R17
Prix  :
2 220 000 DA

On l’avait découvert, une première fois, au mois de Juin 2009 lors de la présentation de la 308 CC, pour le revoir officiellement au dernier salon automobile d’Alger où il trônait parmi les vedettes du stand Peugeot. Le 3008 est une réplique fidèle du concept car Prologue que nous avions découvert au salon de Paris 2008. 

 

C’est, en fait, un véhicule qui inaugure un nouveau segment chez le constructeur sochalien, et c’est à l’occasion d’un essai dynamique sur un modèle mis à notre disposition par la filiale algérienne que nous avons pu le (re)découvrir. 

De prime abord, on commencera par décortiquer sa silhouette qu’on a eu du mal à coller à un segment précis. Une silhouette décalée qui rappelle aussi bien les breaks de chasse allemands, les SUV ou encore les monospaces.

Une imposante calendre et des optiques proéminentes caractérisent sa face avant qui reprend l’esprit de la marque au lion, mais c’est surtout l’arrière qui surprend. D’abord la force des feux qui ressemblent plus à une étoile de mer qu’à une figure géométrique commune. Ensuite il y a ce coffre à double ouverture (comme sur les BMW X5 et X3), avec la possibilité d’intercaler les espaces de rangement des bagages sur deux niveaux à l’aide d’une tablette amovible. Le volume globale du coffre, en configuration 5 places, atteint les 512 litres sous la plage arrière. 

Sa silhouette évoque le dynamisme à outrance, notamment avec ses portes à faux réduits, sa ligne de toit en courbe qui redescend sur la partie arrière, à la manière d’une berline. Le méplat sur le passage de roues, déjà présent sur les derniers modèles de la marque, est repris sur ce Crossover.

Basé sur la plateforme de la 308 SW, le 3008 est long de 4,37 m, large de 1,837 m et haut 1,639 m de haut.

Sa garde au sol (15 cm) l’assimile à un Crossover, mais sa transmission (aux roues avant) limite son usage aux routes bitumées et quelques pistes pas trop déformées.

A l’intérieur, le 3008 donne l’impression d’être dans un cockpit avec son pare brise très avancé, sa longue planche de bord qui accueille le Head Up Display  ou affichage « tête haute » des informations relatives à la vitesse et des distances (de sécurité), une imposante console centrale qui encadre le conducteur et rassemble autour de lui l’essentiel des commandes (clim., sono, levier de vitesse, frein de parking électrique…). Le poste de conduite, très soigné, se distingue de celui d'une 308 par l'arrivée d'interrupteurs chromés pour les warnings (réglage ou suppression de l’affichage tête haute, réglage des distances de sécurité, limitation de la vitesse…).  

Une poignée de maintien pour le passager avant donne au véhicule cet esprit randonneur, propre aux 4x4.

La sensation d’espace est omniprésente, le niveau de finitions et la qualité des matériaux s’avèrent de haute facture. Un peu dans les standards des berlines haut de gamme ou autres familiales. Avec une position de conduite haute, nous sommes tout à fait dans le monde du SUV, ou des monospaces. L’assise est confortable et il est facile de trouver la position idéale de conduite.
Notre véhicule d’essai était animé par le bloc essence 1.6 THP de 156 chevaux, issu de la collaboration avec BMW, proposé sur notre marché aux normes EuroV.
On met le contact et on découvre une lame transparente qui sort du milieu de la planche de bord (derrière le volant). On est déjà dans les premières surprises, mais on apprécie aussitôt la sobriété du moteur. On s’aperçoit, dès les premiers kilomètres, de la maniabilité du véhicule qui ne donne nullement l’impression de frôler les 1,5 tonnes.                                                                                                                    Les 150 chevaux bien présents et les reprises impressionnent. Il faut savoir que les 240 Nm de couple sont disponibles dès 1 400 tr/mn. On se croirait dans un véhicule à motorisation diesel commun rail. Le véhicule n’a, à aucun moment, été à la peine, que ce soit sur le plat ou sur des montées, même avec quatre passagers à bord. 

On s’est même aventuré sur les côtes sinueuses d’Aghribs, en grande Kabylie, pour mieux apprécier le confort sur long trajet et le comportement du véhicule sur pareils parcours. Rien à dire. A part que le 3008 est un véhicule très indiqué pour les escapades en famille, surtout que son toit panoramique valorise davantage l’habitacle en temps ensoleillé.                                                                                                     La boite de vitesses à 6 rapports nous a parue bien étagée, sans aucun soucis de guidage (ce n’est pas une 206). Les passages de vitesse se faisaient tout en douceur.
Mais c’est dans ses aptitudes en courbe que le 3008 nous a bluffés. On virait carrément à plat. Le Dynamic Rolling Control (contrôle dynamique de roulis) est un nouvel équipement qui agrémente la conduite d’un véhicule, comme le 3008, dont la hauteur de caisse favoriserait le roulis. Ce système hydraulique permet à la voiture de virer à plat malgré la hauteur de 1, 64 m. Les enchainements de virages sur les routes de montagne en deviennent « agréables ». En ville, le 3008 reste très maniable avec une direction aussi précise que souple. Les démarrages en côtes deviennent une partie de plaisir du fait de son frein électrique de parking. Pour redémarrer, nul besoin de solliciter le frein puisque celui-ci nous accorde 3 secondes, à partir du moment où on lève le pied de la pédale de frein, pour passer la première et démarrer.

La consommation moyenne s’est établie, au bout de trois jours et plus de 500 km d’essai, à moins de 8,5 litres aux 100 km. 

La version Premium, objet de notre essai, est dotée de 6 airbags (frontaux, latéraux, rideaux), l’ABS+AFU+REF, le DRC (contrôle dynamique de roulis), l’ESP, le frein de parking électrique avec aide au démarrage en côte (FPE), une climatisation bi-zone avec des diffuseurs arrière, une direction à assistance variable, un toit panoramique, le radar de recul, le verrouillage centralisé avec commande à distance et fermeture des ouvrants au démarrage, les vitres et rétroviseurs électriques des jantes en aluminium de 17 pouces, une radio CD/MP3 avec commandes derrière le volant, l’allumage automatique des feux et le détecteur de pluie, des feux antibrouillard, un ordinateur de bord…

Son prix est affiché à 2 220 000 DA