Essai

Mini-Van 1.1 (7 places)

Roulez simplement

Auteur : Benfriha Ammar
Publié le : 15 Décembre 2008
Moteur :
Essence 4 cylindres en ligne
Cylindrée :
1050 cc
Alimentation :
injection électronique
Puissance fiscale :
06 cv
Puissance dynamique :
52 ch
Boite à vitesses :
Manuelle à 5 rapports + marche arrière
Longueur/ largeur/ hauteur :
3,795 m / 1,56 m / 1,925 m
Capacité du réservoir :
40 litres
Charge utile :
545 k
Consommation (urbain / extra-urbain / mixte) :
5,5 l/100 km
Empattement :
2,51 m
Transmission :
Aux roues Avant
Vitesse maxi :
120 km/h
Poids :
1015 kg
Pneumatiques :
165/70R14
Equipements de série :
Clim, radio K7
Prix :
680 000 DA (nouvelle taxe comprise)
L’offre des mini-van ne cesse de s’élargir sur le marché algérien,
et c’est tout naturellement que les marques chinoises s’accaparent ce segment tant le facteur prix y est déterminant.
Le nombre sans cesse grandissant de Dong Feng en différentes carrosseries (Simple et Double cabine à benne, mini van tôlé ou à sept places) croisés sur les routes a fini par susciter notre curiosité.
Pour les besoins de nos essais, un Dong Feng mini-bus (07 places) a été mis à notre disposition par le distributeur de cette marque en Algérie, à savoir Burgan.
Sa ligne générale semble s’inspirer d’un modèle standardisé sur lequel reposent l’ensemble des mini-vans de ce gabarit importés de Chine. Le véhicule mis à notre disposition mesure prés de 3,8 m de long, 1,56 m de large et, tenez vous bien, 1,925 m de haut, la hauteur d’un fourgon de  plus grand gabarit.
Ses petits porte-à-faux lui permettent de bénéficier d’un empattement digne d’une berline (2,51 m). Mais le souci se porte sur ses voies avant et arrière (1,31 m) qui restent assez étroites pour un tel gabarit.
Face avant presque droite et partie arrière donnent une certaine homogénéité à l’ensemble qui paraît presque rectangulaire. Nous avons été, toute fois, amusés par sa calandre en forme de moustache qui semble faire un clin d’œil à la marque germanique BMW.
Autre particularité, les portières arrière s’ouvrent sur les côtés, tel un véhicule ordinaire, alors que le hayon va vers le haut.
A l’intérieur, une ambiance bon enfant accueille les passagers avec une planche de bord bi-ton et une grande surface vitrée qui donne suffisamment de luminosité à bord pour ne pas se sentir enfermé.
Une petite virée au centre ville avec trois passagers à bord nous a permis d’apprécier la capacité de  notre mini-van à se mouvoir en milieu urbain. C’était assez amusant, surtout que les passagers pouvaient admirer les devantures des boutiques situées de part et d’autre de la rue Didouche Mourad.
La haute position de conduite donne suffisamment de visibilité au conducteur pour anticiper sur les manœuvres à prendre.  Lors qu’on amorce des virages à une certaine allure, on comprend que sur ce genre de véhicules le centre de gravité est plus haut que sur une berline. Sur la côte du boulevard Med V où on craignait le pire, notre mini-van s’en est sorti sans trop d’embûches, escaladant la raide côte en 2e jusqu’au pont de l’Aéro-habitat, même si le bruit du moteur remplissait l’habitacle. 
Après une longue balade dans la capitale où seuls les trois premiers rapports étaient utilisés (en raison de la circulation interminable), on décide de prendre la route de Rouiba en fin de journée pour tester le comportement du véhicule en inter-urbain, et on embarque deux passagers pour connaître leur avis. Il pleut à torrent et la visibilité se réduit, mais la route éclairée et assez dégagée nous autorise quelques ”écarts”. L’absence d’essuie glace sur la lunette arrière réduit la visibilité dans cette situation.
La suspension plutôt dure du mini-van reproduit dans l’habitacle les déformations de la route, chose qu’on n’avait pas remarquées en ville.
Le même désagrément a été observé le lendemain sur le chemin de l’école où notre mini-van a servi de transport scolaire le temps d’un aller. Il faut avouer que le confort n’est point au rendez-vous lorsqu’il s’agit d’emprunter des routes en mauvais état.
La consommation annoncée sur la fiche technique (5,5 litres/100 km en moyenne) s’est révélée en dessous de ce que nous avons consommé sur les 200 km d’essai, mais cela est tout à fait normal eu égard au fait que le véhicule qui venait d’être sorti du parc n’affichait que 80 km au compteur. Il faudrait attendre la première révision pour voir la consommation se stabiliser. De même La boite de vitesse nous a semblé plutôt accrocheuse.
Côté équipements, on citera la radio K7 et la climatisation, alors que l’ouverture des vitres reste manuelle, au même titre que les rétroviseurs.  Le modèle de notre essai est proposé à 680 000 DA, prix qui comprend la nouvelle taxe sur les transactions de véhicules neufs.