Essai

Auris 1.4 D-4D M-MT

Un Diesel qui se démarque

Auteur : AZIEZ Brahim
Publié le : 15 Novembre 2008
Moteur :
Diesel 4 cylindres, 16 soupapes
Cylindrée :
1364 cc
Alimentation :
injecte directe et rampe commune
Puissance dynamique max :
90 ch à 3800 tr/mn
Couple max :
190 Nm à 1800-3000 tr/mn
Transmission :
aux roues avant (traction)
Boite à vitesses :
Automatique M-MT (Multi-Modes Transmission)
Dimensions(L/l/h) :
4,22 m/1,76 m/1,515 m
Empattement :
2,6 m
Volume du coffre :
354 litres
Vitesse max :
175 km/h
Capacité du réservoir :
45 litres
Poids :
1230 kg
Consommation (urbaine/extra urbaine/mixte) :
5,8/4,5/5 l/100 km
Pneumatiques :
205/55 R16
Equipements de série :
ABGCP/L, ABS, ACA, DAE, LVEAv/Ar, RE, FAB, RCDCAV, radio CD MP3 CAV+06 HP, RE, VCPCAD, DP, AAF
Prix :
1 950 000 DA
Dévoilée au salon de Genève 2007 (Mars),
la Toyota Auris est arrivée le 22 Octobre dernier sur le marché algérien, avec une offre très large à laquelle Toyota Algérie ne nous avaient pas habitués. Remplaçante de la Corolla Hatchback (05 portes) en Europe, elle apparaît chez nous comme un tout nouveau modèle dans
le segment des compactes (segment C), inaugurant, du coup, la motorisation D-4D sur les véhicules
de tourisme et la boite
à vitesse automatique Multi-modes (MMT). L’Auris tire son nom latin de la composition linguistique de l’or et
de la lumière.
Pour notre premier essai, nous avons opté pour la motorisation 1.4 D-4D dotée d’une boite à vitesses automatiques MMT, un choix dicté par la curiosité de découvrir le diesel moderne du constructeur nippon, et apprécier la conduite aisée.
En s’intéressant de près à la carrosserie dont la conception a été pensée et réalisée en Europe pour les consommateurs du vieux continent, on aura relevé une nette évolution du style, un design moderniste que Toyota avait déjà introduit sur ses Yaris (Hatchback et Sedan). D’ailleurs, on peut facilement l’assimiler à une Yaris (05 portes) de loin, alors que de près c’est une toute autre impression qu’elle donne.
Le raffinement se traduit par des lignes fluides, des optiques proéminents et un ensemble bouclier avant/capot et bouclier arrière/hayon très homogènes. Ses larges voies (1,525 m) et portes à faux raccourci (89 cm à l’avant et 73 cm à l’arrière) lui donne un air sportif prononcé, surtout que l’Auris est chaussée de pneumatiques 205/55 R16. Mais bon, il ne faut se faire trop d’illusions, notre 1.4 D-4D n’affiche que 90 ch. A bord, le conducteur a cette impression d’être dans un cockpit. Une planche de bord tout ce qu’il y a de plus ergonomique, une console centrale en arc qui se prolonge jusqu’à l’accoudoir central, et un volant gainé cuir à trois branches avec les commandes de la radio intégrées, deux palettes, de part et d’autre pour la conduite en séquentielle (passage des rapports sans embraye, juste en appliquant une pression sur le plus qui se trouve à droite pour passer au rapport supérieur, ou sur le moins qui se situe à gauche pour rétrograder).  Spacieuse, l’Auris peut se targuer d’offrir une des meilleures habitabilités de sa catégorie, surtout que sa garde au toit, ses espaces aux jambes et les dégagements aux épaulent évacuent toute sensation d’exiguïté. Ses sièges enveloppants offrent une assise et un maintien exceptionnel.
Pied sur la pédale de frein, on met le contact et on enclenche la conduite automatique classique en positionnant le levier sur E. Démarrage en douceur avec un petit à-coup au passage en 2e qui se répète à chaque fois. Le reste des passages s’effectue en douceur mais cela ne nous épargne pas les crépitements aigre-doux du moteur diesel auquel on fini par s’accommoder. Les heures de pointe étaient tout indiquées pour apprécier à sa juste valeur la boite à vitesses automatiques. Pour quelqu’un qui conduit, habituellement, un véhicule doté d’une boite manuelle, la différence était nettement perceptible. Un vrai régal pour le dos, les jambes et la main droite qui n’intervient que rarement pour tirer le frein à main ou le desserrer.
En arpentant les boulevards de la capitale, on s’est senti tentés de découvrir le mode plus piquant de cette boite automatique, et en actionnant sur le bouton MMT on a ressenti un net changement dans le comportement du moteur. Ce dernier s’est montré, alors, plus vif et fait preuve d’un comportement plus dynamique.
En abordant la descente du chemin Bobillot, nous avons préféré opter pour le séquentielle pour ménager les plaquettes de frein en recourant au frein à moteur, plutôt que d’avoir à donner de brefs coups d’accélérateur pour faire baisser les rapports. En positionnant le levier sur M on avait, alors, le choix  entre le levier de vitesse et les palettes au volant pour le passage des rapports. C’était tout aussi agréable.
On sort de la ville au-delà de 20h et on s’attaque à l’autoroute en optant, d’abord, pour la conduite automatique stand, pour ensuite passer au mode sport en actionnant le bouton Es disposé sous le levier de vitesse. On s’aperçoit, encore une fois, que le comportement du moteur est différent, réagissant plus rapidement aux pressions sur la pédale d’accélération. La conduite est d’un cran plus agréable lorsqu’on passe au mode séquentiel, et le plaisir d’utiliser les palettes au volant donne l’impression d’être dans une voiture sportive. Une impression qui se dissipe dès que vous montez en régime, et que les vrais bolides commencent à vous faire des appels de phares…
Le comportement général reste convainquant tant la direction est précise, et la tenue de route parfaite, à la faveur d’un châssis qui favorise le confort au détriment du dynamisme.
Côté équipements, on ne peut pas dire que Toyota ait lésiné sur les options de série. L’Auris est, ainsi, équipée de deux airbags frontaux (conducteur et passager) et deux latéraux, l’ABS avec répartiteur électronique de freinage et assistance au freinage d’urgence, d’une direction à assistance électrique, d’une climatisation automatique bi-zone, d’une radio CD MP3 avec 6 hauts parleurs et commandes au volant, de vitres (avant et arrière) et rétroviseurs électriques, du verrouillage centralisé avec command à distance, l’allumage automatique des feux et le détecteur de pluie, ainsi que des jantes en alliage de 16 pouces. Tout cet attirail a un prix, et notre Auris 1.4 D-4D avec boites automatique MMT est affichée à 1 950 000 DA.