Essai

nouveau Kia Sorento 2.2 CRDI/197 ch

Une nouvelle référence dans les SUV

Auteur : AZIEZ Brahim
Publié le : 15 Avril 2010
Fiche technique :
Moteur :
Diesel 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
Cylindrée :
2199 cc
Alimentation :
Injection directe et rampe commune
Suralimentation :
Turbo à géométrie variable
Puissance dynamique max :
197 ch à 3800 tr/mn
Couple max :
436 Nm à 1800-2500 tr/mn
Boite de vitesse :
Manuelle à 6 rapports
Transmission :
Quatre roues motrices 4x4 (intégrale)
Dimensions (L/l/h) :
4,685 m/1,885 m/1,71
Empattement :
2,7 m
Garde au sol :
18,4 cm
Volume du coffre :
1047 litres (configuration 5 places)
Vitesse max :
190 km/h
Poids :
1720 kg
Capacité du réservoir :
70 litres
Consommation (urbaine/extra urbaine/mixte) :
8,6 litres/100 km-5,4 l/100 km-6,6 l/100 km
Equipements de série :
10ABG, ABS+REF, ESP, CFD/CA, RCD 6/CAV, ACA bi-zone, VCP/CAD, LVEAv/Ar, RE, JA 17’, FAB, TOP, SC, AAF, RLVit., RR, Connexion USB/iPod, BT
Dimensions pneumatiques :
235/ 65 R17
Prix :
2 900 000 DA
:

Après sept années de bons et loyaux services, le Sorento qui a été introduit en Algérie dès 2004 vient de passer le relais à son successeur. Celui-ci entend, dans sa deuxième génération, reprendre le leadership du segment. 

Il a été lancé, officiellement en Algérie, le 14 Avril dernier depuis Béjaïa où se déroulait, en même temps, l’inauguration d’une nouvelle affaire (Akbou Auto)

 

Le nouveau Sorento est esthétiquement mieux abouti que son prédécesseur. Des lignes plus fluides et des formes moins carrées. Et même si son apparence le rend plus sobre, son regard est plus agressif à la faveur d’optiques moins proéminentes. 

Le nouveau Srento est de 9,5 mm plus long (4,685 m contre 4,59 m), de 2,2 cm plus large (1,885 m contre 1,863 m) et de 1,5 cm plus bas (1,71 m contre 1,725 m) que l’ancien, ce qui lui permet d’améliorer l’habitabilité à bord et de pouvoir offrir sept vraies places. Il garde, à 1 cm près, le même empattement (2,7 m contre 2,71 m), mais ses voies s’élargissent de 3,8 cm à l’avant et de 4,1 cm à l’arrière (en comparaison avec le modèle précédent), ce qui lui donne l’air d’être mieux assis sur ses bases. 

Avec le hayon qui a été reculé d’environ 7 cm, la capacité de son coffre passe à 1.047 litres (soit 137 litres de plus que sur le modèle précédent) en configuration 5 places. 

Un ensemble de modifications ont été apportées à l’habitacle, comme les montants de pare-brise et la planche de bord qui ont été avancés, de même que les sièges profitent d’une conception plus fine pour gagner des centimètres en espace pour les jambes.

A l’intérieur, l’ambiance a nettement évolué. Meilleur niveau de finition, disparition des inserts en bois (assez ringards sur l’ancien Sorento, quoique très appréciés en Corée), un volant gainé cuir qui reçoit des commandes plus discrètes de la radioCd et du régulateur-limitateur de vitesse.

Derrière ce volant, on peut apercevoir le nouveau tableau de bord aménagé en trois cylindres. Le Sorento objet de notre essai est en finition Premium.  Son salon qui est habillé en cuir perforé lui confère un air assez luxueux, alors que son toit panoramique avec sa partie avant à ouverture électrique augmente la luminosité à bord.   

De l’espace, le Sorento en offre suffisamment pour accueillir cinq passagers en toute aise. Nous étions, d’ailleurs cinq à prendre place à bord, et le passager central de la seconde rangée a dû s’adapter au tunnel de transmission, même si celui-ci n’était pas trop haut.

Le nouveau Sorento est animé par une motorisation diesel 2.2 CRDI. Ce bloc qui développe 197ch est alimenté par injection directe et rampe commune, et suralimenté par un turbo à géométrie variable. Cela lui permet de disposer d’un couple de 436 Nm disponibles entre 1800-2500 tr/mn. 

Pour le découvrir et mieux l’apprécier, Kia Algérie nous a concocté un parcours assez singulier : départ de Béjaïa à destination du restaurant le Talis, et retour vers la ville. Pour sortir du showroom de l’agent Akbou Auto, il nous fallait arpenter les artères du centre ville avant de prendre la direction d’Azzefoune où une succession de virages nous attendait. Premier constat : le roulis qui était omniprésent sur l’ancienne mouture du fait d’une suspension plutôt souple a pratiquement disparu sur le nouveau Sorento. Les virages étaient enchainés en toute quiétude, la précision de la direction (à assistance variable) et l’efficacité du châssis aidant au guidage d’un train avant sans faille. Mieux encore, la suspension ferme (indépendante) offre un confort nettement supérieur pour les passagers à l’arrière. Les routes traversées ne manquaient ni de nids de poules, ni de déformations sur de nombreuses parties, ce qui nous a permis de mettre à l’épreuve la transmission des chocs de la route à bord. Il faut savoir que le nouveau Sorento abandonne l’essieu arrière rigide qui avait été adopté sur l’ancien modèle. Du coup, le confort est meilleur et le véhicule gagne 60 kg sur masse qui avoisine, désormais, les 1 720 kg (à vide).

Plus silencieux, le bloc 2.2 CRDI ne perd pas moins de son dynamisme. Plus puissant, il profite, surtout, d’un couple (436 Nm) qui va chercher les reprises très bas dans les régimes (1800 tr/mn) sans donner l’impression de peiner. 

Ce bloc qui bénéficie d’un turbo à géométrie variable de dernière génération propulse le Sorento de 0 à 100 km/h en moins de 10 secondes et lui permet d’atteindre les 190 km/h de vitesse de pointe.  

Sa transmission intégrale transfert le couple, à la demande, aux seules roues avant en conditions normales, ou le réparti sur les deux essieux selon que la chaussée soit mouillée ou qu’on aborde une côte. Une petite sortie de piste a révélé l’efficacité de cette transmission intégrale qui peut recourir au blocage du différentiel pour sortir des chemins embourbés. 

Le nouveau Sorento profite de l’aide à la descente et au démarrage en côte. Ce dernier favorise, comme son nom l’indique, le démarrage en côte en isolant les patinages, alors que le premier, une fois activé, règle la vitesse du véhicule au moment d’aborder une descente abrupte.

Côté consommation, si la moyenne portée sur la fiche technique est de 6,6 litres aux 100 km, celle indiquée par l’ordinateur de bord atteignait les 7,5 litres.

Comme équipements de série, la version Premium compte 10 airbags, l’ABS, l’ESP, la transmission intégrale, la climatisation automatique bi-zone avec des ouïes d’aération installées sur les montants centraux, une radio avec chargeur 6CD, un volant gainé cuir avec commandes de la radio et du régulateur-limitateur de vitesse, le contrôle de vitesse à la descente et l’aide au démarrage en côte, le radar de recul, un toit panoramique ouvrant sur sa partie avant, des jantes aluminium de 17’, l’allumage automatique des feux, siège conducteur à réglage électrique, pack électrique (vitres et rétroviseurs) et barres de toit. Ce modèle est proposé à 2 900 000 DA, auxquels il faut ajouter 190 000 DA si on veut opter pour la boite de vitesse automatique à 6 rapports.