Essai

Essai Peugeot RCZ 1.6 THP 200 ch

Une nouvelle référence

Auteur : Metahri Mourad
Publié le : 24 Mai 2010
Fiche technique :
Puissance :
200ch à 5500tr/min
Couple :
275Nm à 1700tr/min
Frein avant :
Disques 340x30mm
Frein arrière :
Disques 290x12mm
Poids :
1297kg à sec
Réservoir :
6,9 l aux 100km
0 à 100km/h :
7,5s
Longueur hors tout :
4,287 m
Largeur hors tout :
1,845 m
Hauteur :
1,359 m
Empattement :
2,612 m
Voie AV / Voie AR :
1,580 / 1,593
Alimentation :
Injection directe séquentielle
Turbocompresseur :
Twin-Scroll / Géométrie fixe

Peugeot a réellement surpris son monde avec son petit coupé pétillant, le RCZ. Ce modèle est le premier de la marque au Lion à adopter une appellation qui ne comporte aucun chiffre. Cette voiture se veut résolument différente des autres modèles du constructeur. Passion et émotion semblent les maîtres mots de ce véhicule.
C’est dans le pays basque espagnol que Peugeot a invité la presse internationale pour les essais du coupé RCZ. Les routes départementales de cette région se prêtent bien à ce genre d’exercice. Enchaînements de virages serrés, lignes droites et fortes pentes incitent à la conduite musclée qui correspond le mieux à cette sportive.
Les ingénieurs de Peugeot ont développé le modèle en un temps relativement rapide puisque deux ans seulement après la présentation du concept-car 308 RCz au Salon de  Frankfurt en 2007, la voiture de série est venue se présenter au Salon de Frankfurt en 2009.
Pour ce coupé, Peugeot ne s’est pas contenté de dessiner une version 3 portes de la 308 avec quelques attributs sportifs. C’est un design complètement innovant qui a été adopté. On est plus dans l’esprit grand tourisme que dans les berlines compactes. Cette voiture s’apprécie d’abord avec les yeux.  Au premier regard, on ne peut qu’être séduit par l’élégance de la silhouette. Des éléments particuliers lui donnent une robe exceptionnelle. Des  arches en aluminium structurent l’architecture du véhicule. Le double bosselage sur le pavillon, qui rappelle la 908 de compétition, constitue la deuxième signature du véhicule.
L’avant est proche de celui de la 308 berline mais il y a ce petit plus qui sied aux sportives. Le travail sur le bouclier lui donne ce  petit air méchant qui distingue les sportives. Au centre on remarque le nouveau logo du Lion qui fait son apparition pour la première fois sur un véhicule de la marque.  
L’arrière du RCZ tout en courbes reste bas et lui confère un look sportif. Les cotes du véhicule sont celles d’un petit coupé avec une hauteur assez faible (1,35 m). La longueur de 4,28 m et la largeur de 1,84 m donnent une certaine stature à la voiture. Officiellement le RCZ est un coupé « 2+2 » mais les places arrières sont vraiment symboliques. L’accès n’y est pas facile et un adulte ne peut pas rester droit à cause d’une garde au toit vraiment faible. Ces places sont destinées à des enfants.
A l’intérieur du RCZ, ce sont  de magnifiques sièges baquets qui attirent le regard en premier lieu. Ils sont dignes des meilleures productions britanniques du genre.  La planche de bord est celle de la 308 mais le travail sur l’instrumentation est spécifique; tout comme cette montre analogique qui vient rappeler que la voiture est exclusive. Le pédalier en aluminium est bien présent pour le coté sportif.  
On s’installe dans ce superbe siège et on trouve facilement une bonne position grâce au volant réglable dans les deux sens. Dès les premières minutes on comprend que le moteur 1.6 THP de 200 chevaux est « spécial ». Il ne ressemble pas à celui que nous avons déjà essayé sur d’autres modèles de la marque. Si on n’avait pas vu la fiche technique, on aurait cru avoir un six cylindres (au moins) sous le capot. Le bruit (ou la musique) du moteur est incroyable. Les ingénieurs de Peugeot ont conçu un « sound système » constitué d’une membrane placée dans un conduit acoustique intégré à l'admission. C’est ce système qui produit cette belle symphonie.
La version essence que nous avons essayée (c’est celle qui sera commercialisée en Algérie dès le mois de Septembre) est tout simplement bluffante. Les 200 chevaux sont bien là. La voiture répond à la moindre sollicitation de l’accélérateur. Les reprises sont incroyables. La tenue de route est irréprochable. On a beau foncer à vitesse soutenue dans les virages de ces routes de montagne, le RCZ reste droit sur ses grosses roues. Un aileron mobile pour coller la voiture au sol  s’ouvre automatiquement à partir de 85 km/h. A partir de 155 km/h il se met dans une seconde position. Pour frimer en bord de mer à faible allure, un bouton sur la planche de bord permet d’actionner manuellement l’aileron. Pour obtenir cette tenue de route exceptionnelle, les trains roulants de la plate forme de la 308 ont été adaptés. Les voies ont été  élargies à l’avant de 44 mm et à l’arrière de 63 mm. La caisse a été rabaissée de 23 mm, pour avoir un centre de gravité plus bas de 4 cm. Les amortisseurs sont tarés bien plus fermes que sur la berline. Les déformations de la chaussée ne sont parfaitement gommées mais la voiture reste tout de même confortable. Aucun roulis à l’arrière ne vient perturber la voiture lors des passages en virage.
En conclusion, des pilotes professionnels trouveront peut être quelques sujets à controverse sur ce véhicule, mais pour le commun des automobilistes, le coupé RCZ est une voiture qui procure des sensations époustouflantes.