Interview

Hadj Abderrahmane, pdg de GMS (distributeur de Mercedes et Great Wall en Algérie)

La Classe C est nôtre cheval de bataille

Auteur : AZIEZ Brahim   
Publié le : 10 Décembre 2009
Hadj Abderrahmane, le patron de GMS, distributeur de la marque Premium allemande, Mercedes, et de la marque chinoise Great Wall, a bien voulu sou'vrir à nos lecteurs à travers l'entretien qu'il nous a accordé.
Pour rester dans l’actualité de l’heure, quelles sont vos réactions à la suite des dernières mesures prises par le gouvernement en matière d’importation de la pièce de rechange automobile ?
Sincèrement, les dernières mesures pour la pièce de rechange, surtout que c’est la contrefaçon qui est ciblée, je suis entièrement d’accord, et même ravi de cette décision. Je crois même que je suis parmi les initiateurs de cette mesure parce que je suis moi-même un « pièçard » avant d’être concessionnaire. On est ancien dans la pièce de rechange et le service après ventes, depuis un peu plus de trente ans. Cela nous concerne et on est pour la pièce de rechange d’origine et de première monte depuis toujours. Des pièces importées directement de chez les équipementiers, ceux-là même qui fournissent les constructeurs automobiles. Encore une fois, il faut combattre ces pièces de rechange contrefaites car elles n’ont aucun intérêt ni pour notre trésorerie, ni pour la sécurité du citoyen.  

Mais, parallèlement, il y a aussi la pièce adaptable qui n’a rien à voir avec la contrefaçon, mais dont on ne parle pas beaucoup. Comment doit-elle être considérée, surtout que le grand public ne la connait pas
 ?
Suite à notre rencontre avec le directeur des fraudes il y a une semaine (NDLR : l’entretien a été réalisé le 8/11/09), il a été rappelé que l’Etat était contre tout ce qui est tricherie, là où l y a tromperie. Celui qui importe la pièce adaptable fabriquée selon les normes internationales avec un label X et un prix 50 à 60% moins chère que la pièce de première monte et 100% moins chère que la pièce d’origine, il est libre de le faire, d’après ce que nous a confirmé le responsable des fraudes.  

On en arrive à votre entreprise, GMS, et la marque initiale que vous distribuez, Mercedes. Le modèle phare qu’est la classe C, a l’air de séduire de nombreux clients, propriétaires de berlines haut de gammes de marques généralistes qui se tournent vers la classe C. comment expliquez-vous ce succès
 ?
Vous savez, quand quelqu’un possède une Mercedes, il dit qu’il a une Mercedes et pas qu’il a un véhicule. C’est une marque véritablement haut de gamme qui incarne la sécurité, le confort et la robustesse. La classe C est notre cheval de bataille car c’est là où on fait vraiment du chiffre. Elle a une motorisation moyenne de 2.0 litres diesel pour 170 ch de puissance. C’est un véhicule très économique mais équipé de tous les systèmes de sécurité actuels de série, sans omettre de signaler que c’est une voiture très fiable. Et puis, surtout, c’est un véhicule qui a sa côte. Vous la sortez aujourd’hui de la maison à un prix, même si vous la vendez deux ans après vous ne perdez pas beaucoup. En fait, si je me permets de dire ça en Algérie, c’est un capital. De plus, vous avez un service après ventes aux normes internationales, des pièces de rechange disponibles et un réseau présent dans les plus grandes villes d’Algérie.  

On ne s’explique, pourtant, pas la difficulté qu’ont les autres modèles à se vendre, et on pense particulièrement à la classe A et la classe E. Et on ne parle même pas des classe G et ML dans le segment des 4x4. Pourquoi ce décalage
 ?
Pour certains segments je pourrai vous donner raison, mais pour d’autres, non. Si on commence par la classe S, je ne suis pas d’accord avec vous car on estime qu’on a fait de trés bons résultats par rapport à la gamme. La classe S est une gamme « présidentielle ». C’est le plus haut segment chez Mercedes, et nous réalisons un résultat positif. On fait une trentaine à une quarantaine de livraisons par an. De plus, c’est un véhicule qui coûte très cher parce qu’il est super-taxé en Algérie. C’est presque du 100%. Et comme c’est déjà cher à l’importation puisqu’il atteint les 120 000 Euros, selon les équipements et la motorisation, son prix public avoisine, au final, celui d’une petite villa. Mais, par contre, on a certains établissements et institutions algériennes qui nous permettent d’atteindre cette moyenne. Pour la classe ML, je suis tout aussi content des résultats sachant que ce modèle tire à sa fin, et qu’il subira un restylage en 2010 avant d’être remplacé en 2011. Si vous me parlez de la classe G, il est vrai que c’est un modèle qui n’est pas très apprécié par les algériens. On en vend un à deux unités par an, sur commande. La classe A, par contre, oui. C’est un segment qu’on n’a pas pu vraiment placer en Algérie parce qu’elle est super-concurrencé par d’autres marques. Et comme elle est très équipée à la base, elle reste à un prix pas toujours attractif pour la clientèle. Cela dit, on a d’autres modèles qu’on pourrait commercialiser chez nous, mais nous sommes sanctionnés par notre gasoil qui a une teneur en souffre très élevée, elle tourne autour de 550 ppm, et qu’il nous est interdit de distribuer en Algérie en raison de leur dotation d’un filtre à particules à la base. Nous aurons, l’année prochaine, trois modèles qui seront commercialisés sans filtre à particules, comme le GLK 220 et 250 CDI, la nouvelle classe C et la classe E toutes deux avec une motorisation de 204 ch.  

Nous remarquons une certaine évolution du segment Premium, en général, ces dernières années même si les volumes restent faibles par rapport au marché du neuf. Comment appréciez-vous cette croissance
 ?
Je crois qu’il ne faut pas trop crier victoire. On a, peut être, fait un début d’année extraordinaire mais, croyez-moi, le second semestre n’a pas été aussi bon et on ressent la baisse des ventes, et même de la demande. On attend Janvier pour la relance. Vous savez que pour les voitures du haut de gamme le problème de l’immatriculation reste très inculqué dans les mentalités algériennes, et le fait que les gens n’achètent jamais, ou presque, une voiture de plus de deux millions de dinars à partir de Septembre nous pénalise. Les gens préfèrent attendre Janvier pour bénéficier du nouveau millésime. Cela dit, et sur un marché de 220 000 ou 250 000 véhicules par an, il y a toujours une part pour le Premium. Qu’il s’agisse d’institutions, d’hommes d’affaires ou de particuliers, il y a toujours une demande. 

Est-ce que le Leasing a une part importante dans ce segment ?
Non, pas du tout. Cela représente, chez nous, 2 à 3% seulement.  

En analysant de prés les chiffres du CNIS, il y a toujours une bonne partie des véhicules importés par directement les particuliers qui sont des voitures de luxe. Qu’est-ce qui fait perdurer ce phénomène alors que les principales marques sont présentes en Algérie
 ?
Oui, et ces particuliers sont des concurrents directs, malheureusement. Et ça, c’est un fléau, c’est une mentalité. Je peux vous dire que 95% d ces véhicules sont importés de France. Et là, c’est le fait du petit cousin algérien qui habite en France et qui a des devises. Et c’est le pauvre client qui croit avoir fait une affaire en achetant une voiture importée de France… Je peux vous donner des statistiques par rapport aux années précédentes, et qui nous sont fournis par notre maison, et je vous confirme que les chiffres sont en baisse. Nous avons été très compétitifs en adoptant une stratégie, en 2008 et 2009, qui a donné ses fruits car il faut savoir que la plus part de ces particuliers importent des voitures pour les revendre en Algérie. Je peux, aujourd’hui, vous dire que nous récupéré 60 à 70% des gens qui préféraient ramener leurs véhicules de France à travers des prix très compétitifs. En outre, il est clair que si Mercedes offre une garantie internationale, le particulier qui achète sa Mercedes, en France ou ailleurs en Europe, il signe une décharge comme quoi il ne sera pas pris en charge en Algérie si un problème avec de filtre à particules venait à survenir. Là-dessus, je ne peux rien faire. Et ces gens là sont, pour moi, inconscients car leurs véhicules ne sont pas adaptés, ou du moins en ce qui concerne leurs motorisations qui ne le sont pas pour rouler en Algérie par rapport à notre gasoil.  

Pour rester sur le segment du Premium, on remarque à travers les chiffres de l’AC2A que la dernière marque à pénétrer le marché algérien est aujourd’hui la plus vendue. Comment cela se fait-il
 ?
Je dis qu’avec nos confrères de BMW et Audi, il est question d’une concurrence très loyale et acceptable. Mais je peux vous dire que les derniers résultats de Audi ne me font pas peur du tout, parce que leurs derniers chiffes dépassaient de peu ceux de Mercedes, et cela parce qu’ils ont la chance d’avoir leur nouveau modèle 4x4, le Q5. C’est un beau véhicule, et c’est tout à fait normal que lorsqu’il y a un nouveau modèle c’est tout le monde qui se rabat dessus. Mais c’est au dernier mois où une centaine de vente a fait basculer les chiffres grâce au Q5, alors que notre produit qu’est le GLK n’est pas encore arrivé. Et je pense que quand on l’aura, on récupérera notre part de marché intégrale, ou même plus. Notre véritable problème n’est même pas celui de la disponibilité, mais celui du filtre à particules, alors que nos concurrents s’y sont préparés avant. C’est pour cela que, je le dis encore une fois, cette situation n’est pas inquiétante pour nous.  

Vous êtes, aussi, distributeur d’une marque chinoise, Great Wall, et votre performance est d’avoir réussi à placer deux modèles chez la sûreté nationale, une institution réputée pour être très regardante sur certains critères comme la sécurité, la fiabilité et la robustesse. Quels ont été vos arguments
 ?
Nous commercialisons Great Wall depuis deux ns et deux mois, et à l’heure actuelle nous avons plus de six mille véhicules de la marque qui circulent en Algérie. Nous sommes très contents et très fières de cette marque, et je peux vous dires que ces véhicules sont homologués en Europe, en Australie et aux Etats-Unis. Et pour avoir quelques dizaines de Pick Up Wingle pour nos différents services, je peux vous dire qu’il s’agit d’un véhicule très robuste et j’en suis même très content. Mieux encore, il va y avoir une surprise, dans quelques semaines, concernant ce modèle. Je n’en dirai pas plus. Concernant la Peri qui a connu un très bon démarrage, il est vrai qu’il y a une petite stagnation actuellement, et que trouve normale. Il faut dire que les concurrents ne dorment pas, ils sont là à proposer de nouveaux modèles eux aussi. Pour la Florid, ce n’est pas le même segment que la Peri, c’est un véhicule qui coûte plus cher sans oublier qu’il s’agit d’un autre niveau de confort. Il est vrai que c’est une voiture qui marche bien, même si elle n’a pas eu le démarrage de la Peri du fait qu’elle soit arrivée à un moment qui n’était pas propice. Mais c’est en général que les ventes ont chuté par rapport à l’arrêt du crédit et des dernières mesures de la loi de finances complémentaire. Vous me parlez aussi du SUV Hover qui évolue dans un autre segment, pas forcément accessible à tout le monde puisqu’il est à 1 950 000 DA, il reste très bien placé par rapport à ses concurrents européens ou autres vu son niveau d’équipement et ses finitions. On arrive quand même à atteindre nos objectifs qui n’ont jamais été des milliers d’unités. Ceci dit, je dois reconnaître que la mauvaise répartition de notre réseau u est peut être pour quelque chose. Si vous allez dans l’Ouest du pays vous verrez beaucoup plus de Great Wall, tous modèles confondus, que de Mercedes, ce qui n’est pas le cas à l’Est. C’est notre point noir, et on est entrain d’y remédier. Mais je peux vous affirmer que Great Wall a la plus importante part de marché des véhicules chinois commercialisés en Algérie, hors camions et petits utilitaires de 600 kg que j’appelle fourgonnettes. Je suis très optimiste pour l’avenir, en Algérie, de Great Wall particulièrement, et des véhicules chinois en général que je vois aujourd’hui comme étaient les marques chinoises il y a 15 à 20 ans.  

Vous venez de lancer les marques Jeep, Dodge et Chrysler, et on aimerait savoir quand seront livrés les premiers véhicules et comment évoluera leur réseau de distribution
 ?
Normalement, les premières livraisons devront se faire la semaine prochaine. On a eu du retard en raison de l’homologation des véhicules, mais il y a quand même eu des ventes pendant et après le salon. Mais le fait est que beaucoup de clients préfèrent attendre la nouvelle année pour l’immatriculation. Le salon automobile d’Alger aura été un bon feed-back. Ces marques seront, pour le moment, distribuées par le réseau Mercedes, mais nous avons sélectionné 3 à 4 agents de notre réseau Great Wall qui ont les moyens d’investir pour ce genre de marques. On compte, aussi, ouvrir une représentation au Sud, ce sera Hassi Messaoud ou Ouargla, surtout qu’on va ramener, dans quelques semaines, le Dodge RAM 2500, un Pick Up de 5,9 litres diesel qui développe 300 ch, un véhicule fait pour le désert californien qui ressemble au nôtre. Il ne manquera certainement pas de trouver une clientèle chez les entreprises pétrolières.  

Quels sont les volumes escomptés avec ces trois marques
 ?
La première année, on envisage de faire 600 à 800 véhicules. C’est l’objectif tracé avec nos partenaires.  

Que pensez-vous de toutes les mesures prises depuis un an et demi en direction de la distribution automobile
 ?
Même si elles ont été prises un peu à la hâte, toutes ces mesures ont été prises dans l’intérêt national et celui du consommateur algérien. Je suis algérien de souche, et je n’ai pas un autre pays de rechange. Ce qui nous a un petit peu gêné, quoiqu’on soit obligé de s’adapter, c’est l’interdiction du port d’Alger pour le débarquement des véhicules. C’est un coût et un travail supplémentaires. Le débarquement de 300 véhicules Great Wall qui nous aurait pris une soirée à Alger, nous a demandé une dizaine de jours à Djendjen.
 

Commentaires 

 
#16 houcine 11-05-2015 14:04
on a mare des pièce de rechange de voiture great wall peri chaque fois quand j'ai allé pour cherché la sandre d’oxygène chez le conssit alors il me dit que après 03 mois et sa dur plus que 07 mois
la gwmperi ya pas du pièce de rechange et on demmande just pour nous fair plaisir::::: merci
 
 
#15 bektache 06-04-2015 18:27
bonsoir,
nous avons acheter un fourgon commercial printer
nous avons été très bien réceptionner
et merci à tt l'équipe
Noureddine
 
 
#14 larbi 19-02-2014 18:31
ou puis je trouver le support de boite arriére d'une voiture greate wall perri et quel est le prix exact de cette piéce? svp merci .
 
 
#13 larbi 19-02-2014 18:28
je cherche le support de boite de vitesse arriere por ma voiture great wall "perri" année 2009 il est introuvable malgré que j'ai essayé de contacter le service concerné "concessionaire du great wall " à dely brahim par le numéros de tel fixe de vosvp le tre service mais hélas il est en panne
 
 
#12 morad momo 24-06-2013 17:55
bonjour,j'ai commander un M4 et j'attends tjrs la livraison depuis le mois de mai mais en vain alors c'est quoi cette mascarade? donnez nous une date pressise SVP et merci