Interview

Omar Rebrab (vice président de Hyundai Algérie)

« Le mal de ce pays est l'absence de communication »

Auteur : AZIEZ Brahim   
Publié le : 23 Mai 2010

Hyundai qui a été leader du marché quatre années durant a cédé sa place, l’an dernier, et vous avez même enregistré une baisse de 26% sur un marché en recul de 5% seulement. Comment expliquez-vous ce fléchissement ?
Ce que vous dites est vrai. Ces résultats ont été causés par deux choses. La première est en rapport avec ma gestion directe à Hyundai Motors Algérie où on avait installé un nouveau directeur général, et en voulant bien faire on l’a laissé prendre les choses en main, et le résultat n’a pas été positif.
La deuxième est liée au marché qui a chuté avec, entre autres, la suspension du crédit à la consommation qui profitait à beaucoup de gens aux revenus moyens.
Dans vos chiffres vous parlez d’un marché en recul de 5% alors qu’à notre niveau on l’estime à plus que ça. Cela dit, nous avons, certes, reculé sur les véhicules légers, mais nous avons plus que doublé sur les poids lourds et les engins de travaux publics, ce qui nous a permis de maintenir notre chiffre d’affaires.
Nous avons régressé sur les véhicules légers parce que nos partenaires ne voulaient pas faire d’efforts sur les prix des nouveaux modèles comme l’Accent, la i10 et la i30, et ils s’obstinaient à ne pas apporter de restylage à l’ancienne Accent qui reste un véhicule très demandé, mais vieillissant. Cela fait trois ans que je leur demande cela. Il faut savoir que l marque qui a pris la première place des ventes sur le marché national est celle qui a introduit le plus de nouveautés sur sa gamme qui fait du volume, alors que nos volumes sont réalisés avec nos anciens modèles.
Je viens d’obtenir, de nos partenaires, une remise exceptionnelle sur la nouvelle Accent qui devrait être plus concurrentielle, de même qu’une nouvelle politique de prix va être appliquée sur l’ancienne Accent pour augmenter ses volumes.
Si je dois ajouter une chose, je dirai que les problèmes impliqués par le transfert du débarquement des véhicules du port d’Alger vers Mostaganem et Jijel nous a causé d’normes soucis de logistiques, au point où nous avons été obliqués de bloquer nos véhicules à Tarragone en Espagne, où 14 000 véhicules sont stockés depuis quelque temps. Ce n’est que maintenant que nous commençons à régler ce problème.

Hyundai a, depuis longtemps, focalisé ses volumes sur deux modèles, Accent et Atos, mais il se trouve que ces deux véhicules qui accusent, respectivement, 22,6 % et 24,3% de recul ne seront plus produit à partir de Janvier 2011. Comment comptez-vous y remédier, surtout que leurs remplaçants ont du mal à trouver leur clientèle ?
Pas forcément. La production de ces deux véhicules devait s’arrêter il y a quelques années déjà, mais des demandes de divers pays font qu’ils sont encore reconduits chaque année. Cela dit, nous avons leurs remplaçants, comme vous l’avez dit, et qui sont commercialisés aujourd’hui. La i10 est sensée remplacer l’Atos, et la nouvelle Accent pour remplacer l’ancienne. Il y a tout un travail qu’on doit mettre en place derrière pour le remplacement de ces véhicules qui se fait graduellement.
Aujourd’hui, l’ancienne Accent et l’Atos existent toujours, et leur production devra se poursuivre, au besoin, jusqu’en 2013.

Vous parlez de leurs remplaçants, mais la i10 comme la nouvelle Accent ont toujours du mal à s’imposer. Ne croyez-vous pas la tâche difficile ?
Sur la i10, non. Celle-ci commence à prendre de l’élan, surtout depuis qu’on introduit le moteur 1.2 en remplacement du 1.1.
Vous savez, nous sommes encore dans un pays où les gens cherchent le prix. Ils ne cherchent pas, en priorité, la qualité, le design ou encore la sécurité. Les gens continuent, aussi, à dire que l’Atos a fait ses preuves et oublient qu’il s’agit du même véhicule mais avec de meilleurs arguments, qu’il s’agisse du design, du confort ou de la consommation. Mais allez faire comprendre au consommateur que la i10 est meilleure que l’Atos. Il y a des habitudes de consommation qu’il est difficile de changer.
En ce qui concerne la nouvelle Accent, je suis tout à fait d’accord avec vous, car il s’agit là d’un problème de prix. Heureusement que nos partenaires l’ont compris, surtout que nous sommes pénalisés par rapport aux véhicules qui viennent d’Europe et qui profite d’un droit de douane inférieur. On va la positionner, prochainement à près de 10% seulement du prix de l’ancienne Accent, contre les 20% actuels.

Quels sont les autres facteurs qui ont fait de l’année 2009 une année négative ?
Négative, non. Mais, en grosso modo, c’est la mauvaise gestion du dg qui était en place qui a fait cela.
Le changement d’organisation nous a énormément affecté. Mais en remettant les choses dans l’ordre on espère qu’en 2010 nous allons reprendre notre place. On va commencer par récupérer tous nos véhicules stockés en Espagne. Avec l’ouverture de notre parc à Jijel, on va renforcer l’organisation de la réception des véhicules au port de Djendjen et leur rapatriement sur Alger. On a pas mal investi à travers les différents chantiers qu’on a démarrés en 2009 et qui devront être achevés cette année. On va ouvrir de nombreuses nouvelle représentations, que ce soit à travers les agents distributeurs ou nos propres succursales telle que celles d’Oran et de Oued S’mar, nous avons entamé l’extension du service après ventes, nous avons acquis 28 remorques porte-véhicules pour acheminer nos arrivages aux ports de Jijel et Mostaganem. Ce sont de gros investissements dont nous allons commencer à récolter les fruits.

Vous n’aborder nullement les contraintes liées aux nouvelles dispositions introduites par la loi de finances complémentaire de 2009 ou autre nouvelle loi  imposées par le gouvernement depuis quelques temps. Est-ce à dire que de ce côté-là tout est normal ?
Tout cela ne nous dérange pas parce qu’on a toujours ouvert des lettres de crédit.                       

Hyundai fait partie des marques lésées par l’accord d’accord d’association qui fait que les véhicules provenant d’Europe payent 10,5% de droits de douane contre 15% pour le reste. Comment réagissez-vous à ce déséquilibre ?
Mais le problème n’est pas là, et je pèse mes mots. Nous recevons toujours les informations au même titre que le consommateur pour des choses qui nous concernent directement, alors que la moindre des choses est qu’on nous demande notre avis, qu’on nous tienne au courant et qu’on nous donne un délai. A partir de là on peut mettre les choses en place. Dites moi quels moyens vous faut-il pour changer votre organisation et votre mode opératoire pour préparer l’application de toute nouvelle mesure. On vous met au pied du mur. Une politique se construit en communicant et non en gardant l’information pour soi. C’est comme cela qu’on peut avancer, et pas autrement.
Quand on nous annonce qu’il va y avoir une unité de montage de véhicules en Algérie, moi je rigole. Et vous savez très bien qu’on est entrain de faire croire aux algériens que l’Algérie va construire des véhicules. C’est faux, et tout ce qui est Renault est du faux. Encore moins avec les conditions qu’il pose. Nous ne sommes pas un pays à qui on vient dicter sa loi.
Si les autorités nous demandaient, à nous concessionnaires, notre avis sur le sujet, on leur ouvrirait les yeux sur la réalité du monde automobile. Des décisions sont prises sans connaissance du marché ni des produits.
Le mal de ce pays est le problème de la communication.

Le segment des SUV reste celui qui continue à progresser et à prendre des parts de marché, mais Hyundai ne suit pas cette croissance malgré les produits proposés. Pourquoi ce décalage ?
Qui a augmenté ? Kia a profité d’un marché de gré ç gré avec la police pour 700 Sportage. On ne peut pas prendre ça pour une référence.
Chevrolet dispose d’un produit qui reste nouveau sur le marché.
Avec le nouveau Tucson et le Santa Fe qui doit subir un restylage, Hyundai va se repositionner sur le segment des SUV, cette année, et on espère augmenter nos parts de marché.

La i30 trouve encore du mal à se placer sur un segment traditionnel des européennes. Que lui manque t-elle pour s’imposer ?
Il est clair que les marques européennes existent en Algérie depuis des lustres, et pour leur prendre des parts de marché il faut se lever très tôt. Les maques asiatiques sont parvenues à détrôner les européennes sur certains segments, mais pas sur d’autres. C’est un fait. Si je prends le cas de la i30 qui a joué sur l’image, au même titre que la Cee’d de Kia. On l’a alignée, en terme d’équipements, à ses concurrentes. Idem pour ce qui est du prix même si on ne gagne rien dessus. Elle se vend, pourtant, très bien en Europe.

L’absence du salon automobile d'Alger, cette année, ne va-t-elle pas affecter vos volumes ?
Je ne le pense pas. Chacun tiendra son petit salon chez soi. On va énormément communiquer, faire des promotions et offrir des équipements gratuitement et pas mal de mesures d’accompagnement. Nous allons inaugurer pas mal de chantier, et lancer aussi des nouveautés.

Comment voyez-vous le marché des véhicules neufs en 2010 ?
Je pense qu’il ne va pas progresser par rapport à l’année dernière. Je sais, par contre, que bon nombre de marques chinoises vont disparaître.

Vous avez lancé, il y a quelques années, un centre de formation à Oued S’mar qui devait servir aussi bien le réseau local de Hyundai que régional. Qu’en est-il aujourd’hui ?
 Ce centre de formation n’est pas utilisé à 100%, aujourd’hui. On fait toujours de la formation sur la partie technique, mais cela tarde encore à démarrer pour le volet commercial. Cela devrait se faire au courant de ce mois-ci.
Le centre de formation sera bien plus important avec le nouveau bloc qui devra être inauguré d’ici Juin, ce qui nous permettra de dégager de nouvelles salles de cours.

 


 

Commentaires 

 
#19 hamane 14-11-2014 22:11
pourquoi ne pas investir dans le sport ?? lus précisément la jsk c est mieux que l automobile non
 
 
#18 Mokhtar 02-10-2012 00:23
peut etre je ne comprend pas à la gestion mais je n'aime plus d'etre un client de ce concesionnaire car chez lui le consomateur n'a aucune valeur c-a-d verser tes sou contre une comande pour attendre tres longtemps
 
 
#17 SMPCA 06-09-2012 11:37
Monsieur
Comment explquez-vous une commande payée totalement d'1 chariot élévateur datant du 24/01/2012 n'a pas été satisfaite à ce jour. Point de vente Oran
 
 
#16 SMPCA 06-09-2012 11:13
Monsieur
ON vous a envoyé une réclamation et on a pas eu droit à une réponse.
Comment expliquez-vous qu'une commande d'un chariot élévateur datant du 24/01/2012 payée dans sa totalié au niveau de votre point de vente à Oran n'a pas été satisfaite à ce jour
 
 
#15 mostefai 30-06-2012 19:03
mr Omar rebrab j'attent depuis janvier 2012
ma voiture une hyunday rb chez votre seccursale d' oran svp quel est la solution????